Perspectives de marché

Point sur les indicateurs de reprise

Les premiers signes d’une reprise commencent à apparaître

Par Jeff Schulze et Josh Jamner
3 juin 2020

Suite à une évolution favorable des écarts de crédit et des demandes initiales d’allocations chômage, le Tableau de bord de reprise de ClearBridge s’est amélioré au mois de mai en passant au jaune, indiquant la prudence.

À retenir

  • L’économie semble proche du creux. Le Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge se maintient au rouge, avec deux indicateurs supplémentaires se dégradant au cours du mois, ce qui confirme la plus forte contraction de l’histoire moderne des États-Unis.
  • Alors que les investisseurs se focalisent sur la reprise et que l’économie s’ouvre à nouveau, nous portons notre attention sur le Tableau de bord de reprise de ClearBridge. Ce dernier s’est amélioré au mois de mai en passant au jaune, ce qui indique une certaine prudence. Ce changement fait suite à une évolution favorable des écarts de crédit et des demandes initiales d’allocations chômage.
  • Si l’économie continue à suivre l’optimisme du marché, un revirement de situation ne constituerait pas une première. La trajectoire de la reprise après la crise financière mondiale peut offrir une indication sur la nature incertaine des reprises antérieures.

Les marchés sont soutenus par les premiers signes de reprise

De nombreux États ont commencé à assouplir les consignes de confinement en mai, alors que la propagation du COVID-19 ralentissait. Les premiers signes de reprise économique se font sentir et les actions ont grimpé de 5 % en réaction, principalement dans les derniers jours du mois. Bien que le futur proche soit exposé à des risques et à des revers potentiels, les dernières données laissent entrevoir un scénario optimiste.

Alors que l’économie américaine commence à peine à rattraper l’optimisme qui règne sur les marchés des actions, les investisseurs sont résolument focalisés sur le rythme de la reprise. Bien que la déclaration officielle d’une récession se fasse attendre, nous continuons à penser que l’économie a atteint son point le plus bas au premier trimestre. La détérioration de deux indicateurs supplémentaires du Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge, à savoir les expéditions par camion, qui passent du vert au rouge, et les permis de construire, qui passent du vert au jaune, confirme cette position.

Figure 1 : Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge

Source: ClearBridge Investments, au 5/31/20.

Le signal général du Tableau de bord est maintenant d’un rouge plus profond que celui observé lors de la crise financière mondiale. Compte tenu du changement d’orientation des investisseurs vers une phase de reprise, cette page servira pour l’instant de dernière mise à jour mensuelle du Tableau de bord des risques de récession. Une fois qu’une reprise durable se sera formée et que l’économie aura retrouvé des bases plus solides, nous remettrons en place le Tableau de bord des risques de récession afin d’aider les investisseurs à évaluer la probabilité de futurs ralentissements.

La voie de la reprise se précise

En attendant, nous portons notre attention sur le Tableau de bord de reprise de ClearBridge, qui a enregistré une amélioration au mois de mai avec trois changements de signaux. Avant d’aborder plus en détail ces derniers, nous souhaitons informer les lecteurs d’une récente mise à jour du Tableau de bord de la reprise. Nous évaluons constamment de nouveaux indicateurs et de nouvelles façons d’interpréter les données et nous avons substitué l’indicateur des permis de construire par celui des mises en chantier. Nos recherches suggèrent que les mises en chantier ont historiquement mieux identifié les creux de l’activité économique et ce, avec moins de variabilité. Bien que les deux signaux soient au rouge depuis plusieurs mois, nous pensons que les mises en chantier seront plus utiles pour indiquer la formation d’un creux durable à l’avenir.

Le premier changement de signal est celui des écarts de crédit, qui sont passés du rouge au jaune. La Réserve fédérale a pris des mesures extraordinaires ces derniers mois pour soutenir les marchés du crédit, et ses actions ont permis de maintenir les flux de crédits. On compte par exemple près de 850 milliards de dollars d’émissions d’obligations d’entreprises de catégorie investissement grade et haut rendement au cours des trois derniers mois, ce qui est bien supérieur aux niveaux habituels. Les marchés secondaires se sont également stabilisés, avec le resserrement des écarts de crédit de titres à haut rendement et de catégorie investissement grade, après des niveaux d’écart record. Bien que les écarts restent nettement plus importants qu’avant l’apparition du virus, près de la moitié de l’élargissement a été reconduit, ce qui est suffisant pour justifier un changement de signal (Figure 2).

Figure 2 : Les écarts de titres à haut rendement se sont resserrés suite aux élargissement récents

Source: FRED, Federal Reserve Bank of St.Louis, au 29 mai 2020. Les performances passées ne garantissent en rien les résultats futurs. Les indices ne sont ni gérés ni disponibles pour un investissement direct. Les rendements des indices ne comprennent pas les frais d’acquisition ou autres. Ces informations sont fournies à titre d’exemple uniquement et ne reflètent pas les rendements réels des placements.

Le deuxième changement de signal, du rouge au jaune, est celui des demandes initiales d’allocations chômage. Les demandes d’allocations de chômage restent à des niveaux historiquement élevés, avec 2,1 millions de demandes déposées selon les dernières données publiées. Bien que ce chiffre soit trois fois supérieur au précédent record de 695 000 établi en 1982, il représente une amélioration spectaculaire par rapport aux 6,9 millions de demandes déposées fin mars. Dans les faits, le nombre de demandes a considérablement diminué chaque semaine au cours des deux derniers mois. Il est important de noter que les demandes permanentes, à savoir un indicateur de ceux qui demeurent sans emploi, ont chuté pour la première fois la semaine dernière depuis le début de la pandémie. Environ 4 millions de travailleurs semblent retrouver leur emploi à mesure que s’ouvrent certains segments de l’économie.

Ces progrès ont fait passer le signal général du Tableau de bord de reprise ClearBridge du rouge au jaune (Figure 3). Le jaune ne suggère pas que nous sommes sortis d’affaires, mais plutôt que les conditions prennent forme pour un creux économique et commercial durable. La confiance est l’élément le plus fragile du tableau de bord, tandis que les marchés financiers et l’économie affichent une plus grande vigueur.

Figure 3 : Tableau de bord de reprise de ClearBridge

Source: ClearBridge Investments, au 5/31/20.

Rétrospective historique : le faux départ de l’économie en 2008

À l’heure actuelle, le signal général affiche une teinte jaune relativement précaire. Si l’économie continue à suivre l’optimisme du marché, un revirement de situation ne constituerait pas une première. À titre d’exemple, le signal général du Tableau de bord de reprise est passé au jaune au début de l’année 2008, alors que l’économie était encore au début de la récession. Suite à l’effondrement de Bear Stearns, une reprise marquée du marché contraire à la tendance s’est produite pendant 51 jours, accompagnée de plusieurs améliorations d’indicateurs. La Fed a baissé les taux d’intérêt, ce qui a renforcé le signal de politique de la Fed, tandis que les indicateurs de la confiance des consommateurs et de la Fed de Philadelphie sont tous deux passés au vert. Les écarts de crédit, les conditions financières et le sentiment des investisseurs ont brièvement viré au jaune pour ensuite revenir au rouge.

Au début de l’été 2008, les conditions économiques et financières se sont détériorées, le signal général du Tableau de bord de reprise repassant au rouge au mois d’août, bien avant que le pire de la crise financière mondiale ne se produise. Il s’est maintenu au rouge pendant trois mois avant de virer une seconde fois au jaune fin novembre et au vert deux mois plus tard (Figure 4). Les marchés boursiers n’ont pas atteint leur niveau plancher avant début mars et la récession n’a pris fin qu’en juin.

Figure 4 : Rétrospective historique : 2007-2010

Source: ClearBridge Investments. Les performances passées ne garantissent en rien les résultats futurs. Ces informations sont fournies à titre d’exemple uniquement et ne reflètent pas les rendements réels des placements.

Étant donné la nature de l’« arrêt soudain » de l’économie provoqué par le COVID-19, les données économiques devraient continuer à s’améliorer dans les prochains mois par rapport aux niveaux historiquement bas. Pour illustrer ce point de vue, les attentes consensuelles pour le PIB du deuxième trimestre s’élèvent actuellement à -34,2 %. Cette prévision effroyable sera probablement suivie d’un rebondissement, avec l’un des trimestres les plus forts jamais enregistrés, les prévisions pour le PIB du troisième trimestre étant actuellement de +15,0 %. Toutefois, cela n’indique pas une reprise en forme de V, mais résulte plutôt de la façon dont le PIB est calculé. Contrairement aux résultats des entreprises, qui sont présentés en glissement annuel, le PIB est présenté sur la base d’une variation séquentielle, les variations trimestrielles étant extrapolées en termes annuels. Si nous convertissons le PIB en termes similaires avec les résultats financiers, le troisième trimestre 2020 devrait enregistrer un recul de -6,8 % par rapport au troisième trimestre 2019, après une variation attendue de -9,7 % pour le deuxième trimestre. Tout en ignorant l’impact de l’inflation, ces chiffres économiques sont les plus sévères de l’histoire moderne des États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale.

La réouverture de l’économie pourrait prendre du temps

À l’heure actuelle, les données suggèrent que les États-Unis ne subiront pas une deuxième vague d’infections de COVID-19 dans les États ayant commencé à assouplir les mesures de confinement. C’est un signe encourageant. Il serait néanmoins prématuré de tirer une conclusion définitive. Quoi qu’il en soit, la reprise de l’activité économique a commencé à combler le fossé entre l’économie et les marchés financiers, même si ce n’est que partiellement. Ce décalage risque de persister et nous n’espérons pas savoir avant plusieurs mois si cette situation perdurera ou pas. En attendant, plusieurs événements pourraient décevoir les investisseurs, notamment la taille du prochain plan de relance. Compte tenu de la robustesse des marchés financiers, les décideurs politiques pourraient se sentir moins contraints à employer des grands moyens en termes de relance, notamment en raison de l’augmentation du déficit. Selon nous ce serait vraisemblablement une erreur, car il est fort probable que de nombreux licenciements récents deviennent permanents. De nombreuses entreprises continueront à avoir besoin de soutien dans une économie marquée par la distanciation sociale, en particulier si les consommateurs continuent à éviter les activités qui présentent un degré élevé d’interaction entre personnes. Les premières données suggèrent la prudence des consommateurs, et si les niveaux d’activité plus faibles persistent pendant les prochains mois, même les entreprises les mieux gérées seront mises sous pression.

Si de nombreuses questions subsistent quant à la santé de l’économie et à la voie à suivre, les esprits animaux ont été ravivés sur le marché boursier. Au cours des dernières semaines, les investisseurs ont commencé à se tourner vers les secteurs cycliques et l’indice S&P 500, pondéré à parts égales, a surperformé l’indice pondéré en fonction de la capitalisation boursière. Cette tendance est un signe haussier de l’élargissement du marché et d’une moindre concentration des leaders. Bien qu’il soit encore trop tôt pour parler de tendance, ces phénomènes ont généralement été présents au début des reprises économiques passées. Ce genre de manifestation indique la plupart du temps que le marché commence à sentir une évolution favorable des fondamentaux et qu’une amélioration généralisée s’amorce. Quelle que soit la manière dont le fossé entre les marchés financiers et l’économie se réduit, nous pensons que les investisseurs seront bien servis en continuant à surveiller le Tableau de bord de reprise de ClearBridge pour obtenir des indications.


Définitions :

Esprits animaux est un terme utilisé par John Maynard Keynes dans sa publication de 1936 « Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie » qui sert à décrire l’émotion humaine qui stimule la confiance des consommateurs.

Stearns Bear était une banque d’investissement et une société financière mondiale basée à New York et fondée en 1923. Elle s’est effondrée pendant la crise financière de 2008. L’exposition aux titres adossés à des actifs et aux actifs toxiques détenus dans ses fonds spéculatifs phares achetés avec un fort effet de levier a entraîné sa faillite.

Un écart de crédit est la différence de rendement entre deux types différents de titres à revenu fixe ayant des échéances similaires, cet écart étant causé par une différence de solvabilité.

Le Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge comprend 12 principaux indicateurs économiques, financiers et de marché qui peuvent fournir des informations sur l’orientation de l’économie américaine.

Le Tableau de bord de reprise de ClearBridge comprend 9 principaux indicateurs économiques, financiers et de marché qui peuvent fournir des informations sur l’orientation de l’économie américaine.

COVID-19 est la désignation officielle du coronavirus actuel par l’Organisation mondiale de la santé.

Le signal de politique de la Fed fait partie du Tableau de bord de reprise. Il évolue en fonction de l’orientation de la politique de taux d’intérêt de la Fed.

La Réserve fédérale (Fed) est chargée de formuler une politique des États-Unis qui vise à promouvoir la croissance économique, le plein emploi, la stabilité des prix et un modèle durable du commerce et des paiements internationaux.

Le produit intérieur brut (PIB) est une statistique économique mesurant la valeur de marché de tous les biens et services finis produits dans un pays pendant une période donnée.

La crise financière de 2007-2008, également connue sous le nom de crise financière mondiale (Global Financial Crisis, ou GFC) ou crise financière de 2008, est une grave crise économique mondiale considérée par de nombreux économistes comme la plus grave crise financière depuis la Grande dépression des années 1930, à laquelle elle est souvent comparée.

Les obligations à haut rendement, également appelées obligations de pacotille, sont des obligations avec une notation inférieure à celle d’investment grade (par exemple BB, B, CCC), considérées comme ayant une faible qualité de crédit et présentant un risque de défaut de paiement plus élevé.

L’ICE Bank of America (BofA) US High Yield Index suit la performance des obligations d’entreprises libellées en dollars américains, de qualité inférieure à la catégorie investissement grade, émises publiquement sur le marché intérieur américain.

L’Indice des Nouvelles commandes selon l’ISM correspond à la composante des nouvelles commandes du PMI de l’ISM.

L’Institute for Supply Management (ISM)est une association de professionnels de la gestion des achats et des approvisionnements qui effectue des sondages réguliers auprès de ses membres afin d’identifier les tendances du secteur.

Les obligations de qualité investment grade sont les obligations notées Aaa, Aa, A et Baa par Moody’s Investors Service et AAA, AA, A et BBB par Standard & Poor’s Ratings Service, ou ayant une notation équivalente par un organisme de notation nationalement reconnu ou déterminée par le responsable à venir de qualité équivalente.

La banque d’investissement Lehman Brothers s’est mise en liquidation en vertu du chapitre 11 du Code américain des faillites le lundi 15 septembre 2008.

Un spread ajusté en fonction des options (Option-Adjusted spread ou OAS) est une mesure du risque qui indique les écarts de crédit en tenant compte d’ajustements neutralisant les conséquences des options intégrées. Un écart de crédit est la différence de rendement entre deux types de titres à revenu fixe et à échéances similaires.

Le Philadelphia Federal Reserve (Philly Fed) Manufacturing Index évalue le niveau relatif des conditions générales des affaires à Philadelphie. Un niveau supérieur à zéro de l’indice indique une amélioration des conditions ; un niveau inférieur indique une détérioration des conditions.

Le S&P 500 est un indice non géré de 500 actions qui est généralement représentatif de la performance des grandes entreprises aux États-Unis.

Le programme TALF (Term Asset-Backed Securities Loan Facility) est un programme créé par la Réserve fédérale américaine en novembre 2008 pour stimuler les dépenses de consommation afin d’aider à relancer l’économie.

Le programme TARP (Troubled Asset Relief Program) est un programme gouvernemental conçu pour la création et la gestion d’un fonds du Trésor, afin de tenter d’endiguer la crise financière de 2007-2008.

La courbe des rendements est la représentation graphique de la relation entre le rendement d’obligations de même qualité de crédit mais à différentes échéances.

 

  • Informations Importantes

    Tous les investissements comportent des risques, dont celui d'une perte de capital. Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs. Un investisseur ne peut investir directement dans un indice. Les performances des indices non gérés ne tiennent compte d’aucuns frais ou droits d’entrée.

    Les titres de capital sont sujets à des fluctuations de cours et peuvent occasionner une perte de capital. Les titres obligataires exposent leurs détenteurs aux risques de taux d’intérêt, de crédit, d’inflation et de réinvestissement, ainsi qu'à une possible perte de capital. Quand les taux d’intérêt augmentent, la valeur des titres obligataires diminue. Les investissements internationaux sont sujets à des risques spéciaux, dont les fluctuations des devises, ainsi que les incertitudes sociales, économiques et politiques qui peuvent en accentuer la volatilité. Ces risques sont amplifiés dans les marchés émergents.

    Les opinions et les avis exprimés dans le présent document ne sauraient être interprétées comme une prédiction ou une prévision relative à la performance ou à des événements réels ou futurs, une garantie de résultats futurs, des recommandations ou des conseils. Les énoncés figurant dans ce document ne sauraient être considérés comme des recommandations d’achat ou de vente de titres. Les énoncés prospectifs sont sujets à des incertitudes susceptibles d’engendrer des évolutions ou des résultats nettement différents des anticipations exprimées. Ces informations ont été préparées à partir de sources jugées fiables mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties. Les informations et les opinions exprimées par Legg Mason ou par ses sociétés affiliées sont à jour à la date indiquée. Elles sont susceptibles d’être modifiées sans préavis et ne tiennent pas compte des objectifs d’investissement, de la situation financière ou des besoins particuliers de chaque investisseur.

    La diversification ne saurait garantir un gain ou protéger contre une possible perte.

    La gestion active ne saurait garantir un gain ou protéger contre un repli des marchés.

    Par définition, les prévisions comportent des limites et ne sauraient être considérées comme des indicateurs fiables de la performance réelle ou future.

    Tous les investissements comportent des risques, dont celui d'une perte de capital.

    La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent peuvent aussi bien baisser qu'augmenter et les investisseurs peuvent ne pas récupérer les montants initialement investis. De plus, ils peuvent être affectés par les variations de taux d’intérêt et de taux de change, les conditions générales de marché, les évolutions politiques, sociales et économiques et d’autres facteurs variables. L’investissement comporte des risques tels que d'éventuels retards de paiements ou des pertes de revenu ou de capital. Ni Legg Mason ni aucune de ses sociétés affiliées ne garantissent un quelconque taux de rendement ou la restitution du capital investi.

    Les titres de capital sont sujets à des fluctuations de cours et peuvent occasionner une perte de capital. Les titres obligataires exposent leurs détenteurs aux risques de taux d’intérêt, de crédit, d’inflation et de réinvestissement, ainsi qu'à une possible perte de capital. Quand les taux d’intérêt augmentent, la valeur des titres obligataires diminue.

    Les investissements internationaux sont sujets à des risques spéciaux, dont les fluctuations des devises, ainsi que les incertitudes sociales, économiques et politiques qui peuvent en accentuer la volatilité. Ces risques sont amplifiés dans les marchés émergents.

    Les matières premières et les devises comportent des risques accrus, notamment du fait des conditions de marché, des conditions politiques, réglementaires, et naturelles. Ces classes d'actifs ne sont pas adaptées à tous les investisseurs.

    Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs.

    Veuillez noter qu’un investisseur ne peut investir directement dans un indice.

    Les performances des indices non gérés ne tiennent compte d’aucuns frais ou droits d’entrée.

    Informations importantes:

    Les opinions et les avis exprimés dans le présent document ne sauraient être interprétées comme une prédiction ou une prévision relative à la performance ou à des événements réels ou futurs, une garantie de résultats futurs, des recommandations ou des conseils. Les énoncés figurant dans ce document ne sauraient être considérés comme des recommandations d’achat ou de vente de quelconques instruments financiers. Les énoncés prospectifs sont sujets à des incertitudes susceptibles d’engendrer des évolutions ou des résultats nettement différents des anticipations exprimées. Ces informations ont été préparées à partir de sources jugées fiables mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties. Les informations et les opinions exprimées par Legg Mason ou par ses sociétés affiliées sont à jour à la date indiquée. Elles sont susceptibles d’être modifiées sans préavis et ne tiennent pas compte des objectifs d’investissement, de la situation financière ou des besoins particuliers de chaque investisseur.

    Les informations contenues dans ce document sont confidentielles et exclusives. Elles ne peuvent être exploitées que par leur destinataire. Legg Mason, ses sociétés affiliées et leurs dirigeants ou employés déclinent toute responsabilité quant aux pertes résultant de l'utilisation du présent document ou de son contenu. Ce support ne saurait être reproduit, distribué ou publié sans l’autorisation écrite préalable de Legg Mason. La distribution de ce document peut faire l'objet de restrictions dans certains territoires. Toute personne qui se retrouverait en possession de ce document doit demander conseil pour en comprendre le détail et respecter, le cas échéant, ses restrictions.

    Il se peut que ce document ait été préparé par un conseiller ou une entité affilié(e) à une entité mentionnée ci-dessous du fait d’un contrôle commun ou d'une propriété commune de Legg Mason, Inc. Sauf indication contraire, le symbole « $ » représente le dollar américain.

    Ce document ne doit être distribué que dans les pays et auprès des destinataires indiqués.

    Tous les investisseurs au Royaume-Uni, clients professionnels et contreparties éligibles dans les pays de l’UE et de l’EEE à l’exception du Royaume-Uni et les Investisseurs Qualifiés en Suisse:

    En Europe (hors Royaume-Uni et Suisse), le présent document est publié par Legg Mason Investments (Ireland) Limited, dont le siège social est sis au Floor 6, Building Three, Number One, 126 Pembroke Road, Ballsbridge, Dublin 4, DO4 EP27. Enregistrée en Irlande sous le numéro 271887. Agréée et réglementée par la Banque centrale d’Irlande. 

    Au  Royaume-Uni, publié et approuvé par Legg Mason Investments (Europe) Limited dont le siège social est situé au 201 Bishopsgate, London, EC2M 3AB. Enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles sous le numéro 1732037. Agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority.

    En Suisse, ce document est émis et approuvé par Legg Mason Investments (Switzerland) GmbH. Le représentant en Suisse est FIRST INDEPENDENT FUND SERVICES S.A., Klausstrasse 33, CH-8008 Zurich. Le service de paiement en Suisse est NPB Neue Privat Bank AG, Limmatquai 1, CH-8022 Zurich. Le prospectus, les documents d’information clés pour l’investisseur, le mémorandum et les statuts du fonds ainsi que les derniers rapports annuel et semestriel peuvent être obtenus gratuitement auprès du représentant en Suisse.

    Tous les investisseurs à Hong Kong et à Singapour :

    Ce document est fourni par Legg Mason Asset Management Hong Kong Limited à Hong Kong et Legg Mason Asset Management Singapore Pte. Limited (numéro d’enregistrement (UEN) : 200007942R) à Singapour.

    Ce document n’a été examiné par aucune autorité de réglementation à Hong Kong ou à Singapour.

    Pour tous les investisseurs de la République populaire de Chine (« RPC ») :

    Ce document est fourni par Legg Mason Asset Management Hong Kong Limited aux destinataires prévus en RPC. Le contenu de ce document n'est destiné qu'à la Presse ou aux investisseurs de la RPC qui investissent dans le Produit QDII proposé par la banque commerciale de RPC en conformité avec la réglementation de la Commission de Réglementation Bancaire de Chine. Les investisseurs doivent lire le document d’offre préalablement à toute souscription. Veuillez demander conseil auprès des banques commerciales de RPC et/ou d'autres conseillers professionnels, si nécessaire. Veuillez noter que Legg Mason et ses sociétés affiliées sont les Gestionnaires de fonds « offshore » dans lesquels seuls les Produits QDII investissent. Legg Mason et ses sociétés affiliées ne sont autorisés par aucune autorité de réglementation à mener des activités commerciales ou d'investissement en Chine.

    Ce document n'a été examiné par aucune autorité de réglementation de la RPC.

    Distributeurs et investisseurs existants en Corée du Sud et distributeurs à Taïwan :

    Ce document est fourni par Legg Mason Asset Management Hong Kong Limited aux destinataires admissibles en Corée du Sud et par Legg Mason Investments (Taiwan) Limited (Numéro d'enregistrement : (109) Jin Guan Tou Gu Xin Zi Di 016 ; Adresse : Suite E, 55F, Taipei 101 Tower, 7, Xin Yi Road, Section 5, Taipei 110, Taiwan, R.O.C. ; tél : (886) 2-8722 1666) à Taïwan. Legg Mason Investments (Taiwan) Limited opère et gère ses activités de manière indépendante.

    Ce document n'a été examiné par aucune autorité réglementaire de Corée ou de Taïwan.

    Tous les investisseurs sur le continent américain :

    Ce document est fourni par Legg Mason Investor Services LLC, courtier-négociant enregistré aux États-Unis qui comprend Legg Mason Americas International. Legg Mason Investor Services, LLC, membre de la FINRA et de la SIPC, et toutes les entités mentionnées sont des filiales de Legg Mason, Inc.

    Tous les investisseurs en Australie et Nouvelle-Zélande:

    Ce document est publié par Legg Mason Asset Management Australia Limited (ABN 76 004 835 839, AFSL 204827) (« Legg Mason »). Son contenu est confidentiel et exclusif. Il est uniquement destiné à Legg Mason, et à ses clients ou prospects auxquels il a été transmis. Ce contenu ne peut pas être reproduit ni distribué à toute autre personne, sauf aux conseillers professionnels du client.

    © 2018 Legg Mason Investor Services, LLC, membre de la FINRA et de la SIPC. Legg Mason Investor Services, LLC est une filiale de Legg Mason, Inc.