Étude de cas

Lutter contre la pollution plastique

Points clés

  • Les plastiques jouent un rôle important dans notre vie quotidienne, mais la mauvaise gestion des déchets plastiques, notamment des emballages de faible valeur, représente une menace sérieuse pour la santé et l'environnement
  • Les entreprises s’efforcent de plus en plus de réduire l'utilisation des emballages plastiques et d’incorporer des matériaux recyclables dans leurs produits
  • En tant qu’un investisseurs, nous avons un rôle essentiel pour sensibiliser davantage les entreprises et les organismes de réglementation aux problèmes des déchets plastiques par l’engagement et l’exercice des droits de vote afin de faire émerger des solutions à long terme

L’omniprésence du plastique

Les plastiques sont présents partout dans notre vie quotidienne, que ce soit dans les bouteilles pour boissons, les sacs de course, les coffrets de CD et les jouets pour enfants. En volume, une voiture moderne typique est composée à près de 50% de matériaux plastiques.

Mais si le plastique offre de nombreux avantages en termes de coût, de durabilité et d'efficacité, le volume considérable des produits en plastique et la mauvaise gestion des déchets présentent de graves risques environnementaux et sociaux.

Au niveau mondial, 95% de la valeur des emballages plastiques est perdue après leur première utilisation, ce qui coûte entre 80 et 120 milliards de dollars chaque année (graphique 1). La fondation Ellen MacArthur estime que si nous ne changeons pas radicalement notre mode de gestion des déchets plastiques, environ 30% des emballages en plastique ne seront jamais réutilisés ou recyclés.

Il ne faut cependant pas tomber dans un excès de pessimisme. La plupart des déchets plastiques proviennent de produits de consommation de faible valeur, lesquels ne représentent que 10% environ de la production mondiale de plastique. Le reste provient dans une large mesure de produits durables. La solution ne consiste donc pas à éliminer tous les plastiques, mais à encourager les entreprises à concentrer leurs efforts sur la recyclabilité et la collecte.

Les déchets d'emballages plastiques sont un problème particulièrement grave. Les emballages plastiques bon marché ont certes considérablement favorisé l'accès à des aliments, des boissons et des produits de soins personnels abordables, les déchets plastiques engendrent des risques environnementaux de plus en plus graves.

Point positif, de nombreuses entreprises ont fait des efforts pour recycler une proportion plus importante de leurs emballages en plastique. Cependant, un recyclage efficace des matériaux d'emballage se révèle souvent ardu en raison du faible engagement des consommateurs, du nombre limité d’infrastructures de recyclage dans de nombreux marchés et des bas prix actuels des produits recyclés, ce qui rend le recyclage plus coûteux alors que les budgets publics sont sous pression. Selon un rapport de la fondation Ellen MacArthur, à l'échelle mondiale, environ 14% seulement des emballages en plastique utilisés dans le monde sont collectés pour être recyclés, tandis que plus de 75% deviennent des détritus ou terminent dans une décharge.

Les géants de la consommation donnent l'exemple

ClearBridge échange sans cesse avec les entreprises sur ces questions. Voici quelques exemples de la façon dont certaines des plus grandes entreprises au monde s’attaquent de front à la pollution au plastique:

Coca-Cola

L'an dernier, nous avons invité Coca-Cola à présenter devant un large groupe d'investisseurs ses projets et ses idées pour atténuer l'impact des déchets d'emballages. La société augmente la proportion d'emballages 100% recyclables et a pris plusieurs mesures pour réduire l'impact des déchets d'emballage et accroître le recyclage et la réutilisation.

Elle travaille notamment en collaboration avec les communautés et les organisations locales afin d’encourager les consommateurs à se conformer aux normes de recyclage, investit dans des infrastructures de recyclage dans les pays où ces infrastructures sont limitées, repense la conception des emballages pour y inclure davantage de matières végétales et utilise moins de plastique par bouteille afin de réduire l'impact carbone global du processus d'emballage.

Ces efforts ont d’importantes répercussions. En Afrique du Sud, par exemple, la campagne de sensibilisation de Coca-Cola a contribué à l’augmentation du taux de recyclage qui a bondi de 10 % en 2000 à 55 % en 2016.

Unilever

Unilever, la multinationale anglo-néerlandaise spécialisée dans les biens de consommation, est elle-aussi à l'avant-garde en ce qui concerne l'utilisation durable des matières plastiques, un domaine dans lequel elle s’engage à faire en sorte que 100 % de ses matériaux d’emballage soient entièrement réutilisables, recyclables ou compostables d'ici 2025. Unilever s’est également engagé à augmenter la teneur en plastique recyclé de ses emballages à 25% en 2025.

Ces initiatives accroissent la demande de plastique recyclé, ce qui contribuera à en soutenir les prix et rendre les conditions économiques du recyclage plus attrayantes. Unilever mobilise également les soutiens en faveur de changements plus systémiques dans l'ensemble du secteur, en vue notamment d’un protocole global sur les plastiques qui simplifierait le processus de recyclage en permettant aux acteurs du secteur de s’accorder sur les matériaux entrant dans la composition des emballages.

Amazon.com

Amazon.com, premier distributeur en ligne dans le monde par le chiffre d’affaires et la capitalisation boursière, a réduit sa dépendance vis-à-vis des plastiques rigides, des attaches en plastique et des films d’emballage pour l’expédition des commandes en ligne avec son programme « Déballer sans s’énerver ». Amazon utilise des matériaux d'emballage entièrement recyclables et estime avoir éliminé 215.000 tonnes de matériaux d'emballage et 360 millions de cartons d'expédition au cours des 10 années depuis le lancement du programme. La société collabore également avec les fabricants du monde entier pour réduire les déchets liés aux emballages tout au long de sa chaîne d'approvisionnement.

D'autres sociétés qui figurent dans nos portefeuilles adoptent des approches innovantes pour prolonger le cycle de vie des plastiques dans les produits qu'elles développent, ce qui élimine le besoin de les remplacer (graphique 2):

Nike adopte une approche unique en matière de déchets plastiques en les recyclant en fils pour vêtements de sport. Le polyester représente 92 % de la production historique de plastique et Nike est le plus grand consommateur de polyester recyclé dans le secteur ; l’entreprise transforme les bouteilles de boisson en plastique en granulés et en fils pour produire sa gamme Fast Fit Vaporknit de vêtements de football portés par la plupart des équipes participant à la Coupe du monde. Ces vêtements offrent un haut niveau de performance avec un impact environnemental plus faible. Depuis 2012, Nike a réutilisé plus de 5 milliards de bouteilles d'eau en plastique pour ses chaussures et ses vêtements.

Le fabricant de meubles américain Herman Miller a longtemps analysé l'impact environnemental de son processus d'approvisionnement et de production. L’entreprise prévoit d'utiliser des matériaux durables en vue de fabriquer des produits qui seront presque entièrement recyclables.

Trex est le principal fabricant de planchers composites fabriqués à partir de bois et films plastiques recyclés, et de sacs en plastique jetables. Elle est également l'une des principales entreprises de recyclage de plastique aux Etats-Unis, une situation d'autant plus importante que la Chine refuse désormais l’importation de déchets plastiques.

Les obstacles à une gestion durable des plastiques

En dépit des progrès encourageants et des efforts déployés par les entreprises, les municipalités et les gouvernements, la plupart des déchets plastiques sont encore brûlés, enterrés, mis en décharge ou déversés dans les océans. Huit millions de tonnes de plastique sont jetées à la mer chaque année, s’ajoutant aux quelque 5 200 milliards de morceaux de plastique qui flottent et s’agglutinent à la surface des océans, selon le 5 Gyres Institute, une organisation à but non lucratif.

Pire encore, la lumière du soleil et l'action des vagues décomposent les débris de plastique de taille plus importante en microfragments de la taille d’un grain de riz qui transforment les océans de la planète en une « soupe plastique ». Dans une étude de 2015, le nombre de ces particules dans les océans du monde a été estimé entre 15 et 51 000 milliards. Quelque 700 espèces avalent par erreur du plastique, parmi lesquelles environ 100 espèces de poissons – dont beaucoup sont consommés par les humains.

La technologie est appelée à jouer un rôle essentiel dans la réduction des emballages en plastique. Tous les nouveaux formats et matériaux d'emballage doivent avoir une durée de vie équivalente aux formats existants, sous peine de créer des déchets alimentaires supplémentaires. Il s’agit là encore d’un grave problème planétaire qui contribue à 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et dont le coût financier, social et environnemental annuel s’élève à 2,6 milliards de dollars, selon Bank of America Merrill Lynch.

Les solutions de rechange au plastique doivent également être abordables. Berry Global a développé des gobelets biodégradables fabriqués dans un matériau appelé Versalite, mais en raison de leur prix de revient plus élevé, les sociétés de produits de consommation sont moins incitées à les utiliser. Nous pensons qu’un engagement continu auprès des entreprises du secteur contribuera à les encourager à investir une part plus importante de leurs budgets de recherche et développement dans ce domaine et à imaginer des solutions d’emballage à la fois concurrentielles en termes de coûts et plus respectueuses de l'environnement.

L'élimination durable des déchets plastiques est parfois impossible. Au cours d'un échange avec le fournisseur de produits médicaux Becton Dickinson, nous avons discuté de la fabrication et de l'utilisation de ses aiguilles en plastique à usage unique. A l’instar des autres entreprises du secteur de la santé, il lui est interdit de recycler ces produits en raison du risque médical de contamination. Becton Dickinson avait cependant discuté avec nous de la manière dont elle optimise l'emballage, en éliminant les matières plastiques de ses produits sans sacrifier la forme ni la fonction, et en recherchant des solutions alternatives pétrochimiques pour les résines.

Les cartes de crédit et de débit sont en PVC, un polymère plastique qui est un agent cancérigène connu. Leur recyclage est par conséquent difficile et leur incinération dangereuse, ce qui suscite des inquiétudes quant à la sécurité du recyclage sans broyage. Selon l'association internationale des fabricants de cartes (ICMA), 35,4 milliards de cartes à puce ont été produites dans le monde en 2016, dont la majorité était destinée à la région Asie-Pacifique.

Nous avons un rôle à jouer

ClearBridge est en mesure de promouvoir une gestion responsable des déchets plastiques en s’impliquant auprès des entreprises et en exerçant ses droits de vote. Nous jugeons encourageants les efforts d'organisations comme « As You Sow » qui renforcent la visibilité des problèmes de pollution par les plastiques. En 2017, par exemple, ClearBridge a exercé ses droits de vote par procuration en faveur des propositions soumises par les actionnaires de Mondeléz International et de Starbucks visant à reconnaître les répercussions sur l’environnement des emballages non recyclables et à intensifier les efforts pour développer des alternatives durables.

Starbucks a répondu au début du mois de juillet en annonçant son intention d'éliminer progressivement les pailles en plastique à usage unique dans ses 28.000 établissements exploités en propre et sous licence d'ici 2020. La chaîne de cafés optera pour des couvercles sans paille ou remplacera les pailles en plastique par des pailles produites à partir d’autres matières. Starbucks a déjà conçu et développé un couvercle sans paille dont l’usage devrait se généraliser pour son café glacé, son thé et ses boissons expresso.

Nous collaborons avec les sociétés présentes dans nos portefeuilles pour accroître la sensibilisation aux déchets plastiques et trouver des solutions efficaces. Néanmoins, des progrès significatifs nécessiteront de larges partenariats public-privé.

Une collaboration mondiale pour la réduction des déchets plastiques pourrait également permettre d’avancer dans la réalisation de plusieurs objectifs de développement durable des Nations Unies: bonne santé et bien-être (ODD 3), villes et communautés durables (ODD 11), consommation et production responsables (ODD 12), vie aquatique (ODD 14) et vie terrestre (ODD 15).

Informations importantes

La valeur des investissements et les revenus qui en découlent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et vous pourriez ne pas récupérer le montant initialement investi. Les informations et les données contenues dans ce document ont été préparées à partir de sources jugées fiables, mais ne sont garanties en aucune façon par Legg Mason Investments (Europe) ni par les sociétés ou filiales de gestion de Legg Mason, Inc. (collectivement « Legg Mason »). L’exactitude des informations fournies n’est pas garantie après la date du présent document. Les titres mentionnés le sont à titre d’exemples uniquement et ne doivent pas être considérés comme des conseils ou des recommandations d’achat ou de vente de tout investissement ou intérêt. Les opinions exprimées peuvent évoluer sans avis préalable et ne prennent pas en compte des objectifs d’investissement, des situations financières ou des besoins d’investisseurs spécifiques. Ce document n’est pas destiné à des personnes ni à des utilisations qui seraient contraires aux lois ou réglementations nationales. Legg Mason ne peut être tenu responsable et n’assume aucune responsabilité en cas de transmission ultérieure du présent document. Publié et approuvé par Legg Mason Investments (Europe) Limited dont le siège social est situé sis 201 Bishopsgate, London, EC2M 3AB. Enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles sous le numéro 1732037. Agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni. Ces informations sont destinées uniquement à une utilisation par les clients professionnels, les contreparties autorisées ou les investisseurs qualifiés, et non par les clients particuliers.