Perspectives de marché

Leçons sur les récessions : Un regard en arrière sur l'année 1990

Point sur les indicateurs de récession 

Jeff Schulze, CFA and Josh Jamner, CFA
5 novembre 2019
Notre Tableau de bord des risques de récession, inchangé par rapport au mois de septembre, continue de nous inciter à la prudence. Entre-temps, nous continuons d'examiner comment le modèle se serait comporté par rapport aux ralentissements antérieurs, tels que la récession de 1990.

À retenir 

  • Il n'y a aucun changement au Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge ce mois-ci, et le signal global reste à l'orange.
  • Le resserrement de la politique de la Fed, la crise de l'épargne et des crédits et la guerre du Golfe ont tous contribué à la récession de 1990-91. Le Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge aurait reflété l’accumulation de ces tensions dans ses composantes financière et inflationniste dès le début, tandis que celle des consommateurs aurait été la dernière à se détériorer.
  • Le signal global du tableau de bord aurait viré au rouge en juin 1989, un peu plus d'un an avant le début de la récession.

Le Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge incite toujours à la prudence

L'indice S&P 500 a atteint un nouveau sommet sans précédent en octobre, alors que les tensions commerciales se sont atténuées, que la Fed a réduit les taux d'intérêt de 25 points de base (pb) et que les bénéfices des sociétés ont été plus élevés que prévu. Dans ce contexte, le Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge a conservé un signal général orange, sans changement durant le mois (Figure 1). Le produit intérieur brut (PIB) du troisième trimestre a dépassé les prévisions du consensus à 1,9 %, soit un léger ralentissement par rapport au rythme de 2,0 % au deuxième trimestre et de 3,1 % au premier trimestre. Avec le net ralentissement de l'économie américaine et mondiale, la question demeure de savoir si nous sommes sur le point de connaître une récession ou un ralentissement de fin de cycle.
Figure 1 : Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge
Données au 31 octobre 2019. Sources : ClearBridge Investments, BLS, Réserve fédérale, Census Bureau, ISM, BEA, American Chemistry Council, American Trucking Association, Conference Board et Bloomberg. Le Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge a été créé en janvier 2016. Les références aux signaux qu’il aurait envoyés au cours des années précédant janvier 2016 sont fondées sur la façon dont les données sous-jacentes auraient été interprétées par les indicateurs à l’époque.

Un regard plus approfondi sur la récession du début des années 1990

La récession du début des années 1990 a été l'une des récessions les plus modérées de l'histoire moderne, le PIB ne se contractant que de -0,2 % en termes nominaux et le S&P 500 enregistrant une chute de 20 %. À titre de référence, ce chiffre se compare à -3,3 % et -57 %, respectivement, pendant la crise financière mondiale (Global financial crisis, GFC) en 2009. Comme beaucoup de récessions aux États-Unis, une myriade de facteurs ont contribué au ralentissement de la croissance économique.

Toutefois, la récession de 1990 diffère des autres événements historiques en ce sens qu'il n'y a pas de catalyseur unique clair comme le secteur immobilier lors du dernier cycle ou la bulle technologique à la fin des années 1990. Au lieu de cela, trois grands thèmes ont conduit à la récession : une série de resserrement énergiques de la Fed, la crise de l'épargne et des crédits, et le choc pétrolier associé à la première guerre du Golfe. Il est important de noter que de nombreux indicateurs du Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge auraient incité à la prudence avant la récession.
1987-1988
Au début de 1987, l'inflation et les taux d'intérêt ont atteint leur plus bas niveau du cycle, l'IPC de base ayant atteint un plancher de 3,8 %, avant de remonter à 4,5 % à la fin de 1988. Face à cette situation, la Fed a réagi rapidement et énergiquement en ayant à l’esprit l’inflation à deux chiffres du début des années 1980. Le taux des fonds de la Fed a été relevé de 387 points de base, atteignant un sommet de 9,75 % au début de 1989. Cette politique de resserrement de la Fed aurait fait en sorte que l'indicateur de la masse monétaire se serait rapidement mis à clignoter à l’orange et se serait retrouvé au rouge à la fin de 1988, à mesure que les conséquences des hausses de taux de la Fed s'imposaient.

La Fed n'a toutefois pas relevé les taux d'intérêt de façon linéaire et les a réduits de 75 pb à la suite du krach boursier d'octobre 1987 (le Lundi noir). Il s'agit du seul marché baissier d'une journée (une baisse de -20 % ou plus) de l'histoire. Le krach, qui ne pourrait pas se reproduire aujourd'hui en raison des « disjoncteurs » mis en place les années suivantes, ne s'est finalement pas étendu à l'économie réelle.

Une dernière dynamique de cette période a été le début de la crise de l'épargne et du crédit. Entre 1986 et 1989, 296 associations d'épargne et de crédit ont fait faillite. À mesure que les taux d'intérêt ont commencé à augmenter, les associations d'épargne et de crédit ont dû faire face à des coûts de financement plus élevés alors que bon nombre de leurs actifs étaient des prêts à taux fixe (souvent garantis par des biens immobiliers). À mesure que les coûts de financement ont commencé à dépasser les rendements que ces institutions pouvaient obtenir, elles ont commencé à s'engager dans des activités plus spéculatives. En 1986 et 1987, la Federal Savings and Loan Insurance Corporation (FSLIC) - une institution centrale semblable à la FDIC pour les banques commerciales - a été recapitalisée de plus de 25 milliards de dollars pour contribuer à protéger les associations d'épargne et de crédit insolvables. Toutefois, en 1989, elle était elle-même insolvable, ses pertes atteignant près de 4 milliards de dollars.
1989
En 1989, la FSLIC a été dissoute et le Congrès a créé la Resolution Trust Company (RTC), qui a contribué à résoudre la crise croissante. Bien que 747 associations d'épargne et de crédit aient fermé leurs portes en 1995, les pertes subies par les contribuables ont été partiellement compensées par des partenariats avec prise de participation pour liquider les actifs des institutions insolvables.

Le Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge aurait reflété ce risque systémique croissant, car les indicateurs financiers tels que les écarts de crédit et la courbe des rendements seraient passés du vert au rouge en 1989. Le signal global aurait tourné à l'orange au début de 1989, car la composante consommateurs du tableau de bord aurait été le dernier pilier de la solidité de l'économie. Toutefois, au cours de la deuxième moitié de l'année, trois des quatre signaux des consommateurs auraient viré à l'orange, tandis que les indicateurs des activités commerciales comme les nouvelles commandes selon ISM et les expéditions par camion auraient tourné au rouge, ce qui aurait fait passer le signal global au rouge.
Figure 2 : Évolution du tableau de bord 1988-1991
Sources : ClearBridge Investments, BLS, Réserve fédérale, Census Bureau, ISM, BEA, American Chemistry Council, American Trucking Association, Conference Board et Bloomberg. Le Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge a été créé en janvier 2016. Les références aux signaux qu’il aurait envoyés au cours des années précédant janvier 2016 sont fondées sur la façon dont les données sous-jacentes auraient été interprétées par les indicateurs à l’époque.
1990–1991
Au moment où les marchés boursiers atteignaient leur sommet en mai 1990, le tableau de bord était très nettement dans le rouge. Alors que la Fed avait commencé à baisser les taux d'intérêt au milieu de 1989, les effets différés du resserrement antérieur de la Fed étaient encore en train de se faire sentir. La récession a été consolidée lorsque l'Irak a envahi le Koweït début août. Le prix du pétrole se situait dans une fourchette de 15 à 20 dollars avant l'invasion et a culminé à 40 dollars en octobre avant de retomber à 25 dollars à la fin de l'année.

La flambée des prix du pétrole a immédiatement affecté la confiance des consommateurs et des entreprises, laquelle s'est effondrée dans les mois qui ont suivi l'invasion. Le taux de chômage a commencé à grimper au milieu des années 1990, et les signaux du consommateur final qui étaient à l'orange - les permis de construire et les ventes au détail - auraient viré au rouge, ce qui aurait donné un tableau de bord entièrement rouge. Le cours des actions a baissé de 20 % sur une période relativement courte de 87 jours. La récession a été relativement faible et les prix du pétrole se sont stabilisés en 1991, l'opération « Desert Storm » ayant conduit à la libération du Koweït. La confiance des consommateurs a rebondi et le marché boursier avait recouvré ses pertes et plus encore à la fin de l'année 1990.

Les indicateurs de risque de récession peuvent aider à guider les investisseurs

Notre analyse révèle que le Tableau de bord des risques de récession de ClearBridge aurait été efficace pour aider les investisseurs à comprendre les pressions économiques croissantes avant la récession de 1990-1991. Bien que la guerre du Golfe n'aurait pas été quelque chose que le tableau de bord aurait pu prévoir, le signal global du tableau de bord aurait été au rouge bien avant cet événement, indiquant que l'économie faiblissait et était particulièrement sensible aux chocs tels que la hausse rapide du cours du pétrole. En fin de compte, l'économie s'est redressée assez rapidement et a amorcé une période de croissance de dix ans.
Définitions :

Un point de base (pb) est égal à un centième d’un point de pourcentage (1/100 % ou 0,01 %).

Le Lundi noir, le 19 octobre 1987, a été la date à laquelle un choc systémique soudain, grave et largement inattendu a compromis le fonctionnement du système des marchés financiers mondiaux en perturbant sa stabilité par le biais d’un krach boursier ainsi que de krachs sur les marchés à terme et des options.

L’indice des prix à la consommation (IPC) mesure l’évolution moyenne des prix à la consommation aux États-Unis au fil du temps pour un panier de biens et services fixe établi par le Bureau of Labor Statistics des États-Unis.

L’indice des prix à la consommation de base (« Core Consumer Price Index » ou « Core CPI ») exclut les prix de l’alimentation et de l’énergie, volatils en glissement mensuel, du panier de biens utilisés pour déterminer l’IPC.

Un écart de crédit est la différence de rendement entre deux types différents de titres à revenu fixe ayant des échéances similaires, cet écart étant causé par une différence de solvabilité.

La Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) est un organisme indépendant du gouvernement fédéral américain qui maintient la confiance du public accordée au système bancaire en assurant les dépôts.

Le taux des fonds fédéraux (taux cible des fonds fédéraux ou taux prévu des fonds fédéraux) est un taux d’intérêt cible fixé par le FOMC pour la mise en œuvre des politiques monétaires américaines. Il s’agit du taux d’intérêt que les banques disposant de réserves excédentaires dans une banque de district de la Réserve fédérale américaine facturent à d’autres banques ayant besoin d’emprunter au jour le jour.

La Réserve fédérale (« Fed ») est chargée de formuler une politique des États-Unis qui vise à promouvoir la croissance économique, le plein emploi, la stabilité des prix et un modèle durable du commerce et des paiements internationaux.

La Federal Savings and Loan Insurance Corporation (FSLIC) est une ancienne institution du gouvernement américain qui a fourni des assurances sur les dépôts aux institutions d'épargne et de crédit jusqu'à sa dissolution à la fin des années 1980.

La crise financière de 2007-2008, également connue sous les noms de crise financière mondiale et de crise financière de 2008, a été une grave crise économique mondiale considérée par de nombreux économistes comme la crise financière la plus grave depuis la Grande Dépression des années 1930, à laquelle elle est souvent comparée.

Le produit intérieur brut (« PIB ») est une statistique économique qui mesure la valeur de marché de tous les biens et services finaux qui sont produits dans un pays pendant une période donnée.

La guerre du Golfe (2 août 1990 - 28 février 1991), baptisée l’opération « Desert Shield » (2 août 1990 - 17 janvier 1991) pour les opérations de renforcement des troupes et de défense de l'Arabie saoudite et l'opération « Desert Storm » (17 janvier 1991 - 28 février 1991) dans sa phase de combat, était une guerre menée par des forces de coalition de 35 nations dirigées par les États-Unis contre l'Irak en réponse à l'invasion et l'annexion du Koweït par l’Irak en raison de différends sur les cours et la production du pétrole.

L’Indice des directeurs d’achat (Purchasing Managers Index, PMI) de l’Institute for Supply Management (ISM) pour le secteur industriel des États-Unis mesure la confiance en se fondant sur des données d’enquête collectées auprès d’un panel représentatif d’entreprises des secteurs industriels et des services. Un PMI supérieur à 50 indique une expansion économique ; en dessous de 50, il indique une contraction.

La composante de l’Indice des Nouvelles commandes selon l’ISM correspond à la composante des nouvelles commandes du PMI de l’ISM.

La Resolution Trust Corporation (RTC) est une agence fédérale temporaire désormais dissoute.. De 1989 à 1995, elle a largement résolu la crise de l'épargne et du crédit des années 1980.

La crise de l'épargne et du crédit a été une catastrophe financière à évolution lente. La crise a atteint son paroxysme et a entraîné la faillite de près d'un tiers des 3 234 associations d'épargne et de crédit aux États-Unis entre 1986 et 1995.

L’indice S&P 500 est un indice non géré de 500 actions qui est généralement représentatif de la performance des grandes entreprises aux États-Unis.

Les bons du Trésor américain sont des titres de créance directs émis et appuyés par la « garantie pleine et entière » du gouvernement des États-Unis. Le gouvernement des États-Unis garantit les paiements de capital et d’intérêts sur les bons du Trésor américain lorsque les titres sont détenus jusqu’à leur échéance. À la différence des titres du Trésor américain, les titres de dette émis par les agences et organismes fédéraux et les investissements qui leur sont liés peuvent être appuyés ou non par la garantie pleine et entière du gouvernement des États-Unis. Même lorsque le gouvernement américain garantit les paiements du principal et des intérêts sur les titres, cette garantie ne s’applique pas aux pertes résultant de la baisse de la valeur de marché de ces titres.

La courbe des rendements est la représentation graphique de la relation entre le rendement d’obligations de même qualité de crédit mais à différentes échéances.

  • Informations Importantes

    Tous les investissements comportent des risques, dont celui d'une perte de capital. Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs. Un investisseur ne peut investir directement dans un indice. Les performances des indices non gérés ne tiennent compte d’aucuns frais ou droits d’entrée.

    Les titres de capital sont sujets à des fluctuations de cours et peuvent occasionner une perte de capital. Les titres obligataires exposent leurs détenteurs aux risques de taux d’intérêt, de crédit, d’inflation et de réinvestissement, ainsi qu'à une possible perte de capital. Quand les taux d’intérêt augmentent, la valeur des titres obligataires diminue. Les investissements internationaux sont sujets à des risques spéciaux, dont les fluctuations des devises, ainsi que les incertitudes sociales, économiques et politiques qui peuvent en accentuer la volatilité. Ces risques sont amplifiés dans les marchés émergents.

    Les opinions et les avis exprimés dans le présent document ne sauraient être interprétées comme une prédiction ou une prévision relative à la performance ou à des événements réels ou futurs, une garantie de résultats futurs, des recommandations ou des conseils. Les énoncés figurant dans ce document ne sauraient être considérés comme des recommandations d’achat ou de vente de titres. Les énoncés prospectifs sont sujets à des incertitudes susceptibles d’engendrer des évolutions ou des résultats nettement différents des anticipations exprimées. Ces informations ont été préparées à partir de sources jugées fiables mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties. Les informations et les opinions exprimées par Legg Mason ou par ses sociétés affiliées sont à jour à la date indiquée. Elles sont susceptibles d’être modifiées sans préavis et ne tiennent pas compte des objectifs d’investissement, de la situation financière ou des besoins particuliers de chaque investisseur.

    La diversification ne saurait garantir un gain ou protéger contre une possible perte.

    La gestion active ne saurait garantir un gain ou protéger contre un repli des marchés.

    Par définition, les prévisions comportent des limites et ne sauraient être considérées comme des indicateurs fiables de la performance réelle ou future.

    Tous les investissements comportent des risques, dont celui d'une perte de capital.

    La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent peuvent aussi bien baisser qu'augmenter et les investisseurs peuvent ne pas récupérer les montants initialement investis. De plus, ils peuvent être affectés par les variations de taux d’intérêt et de taux de change, les conditions générales de marché, les évolutions politiques, sociales et économiques et d’autres facteurs variables. L’investissement comporte des risques tels que d'éventuels retards de paiements ou des pertes de revenu ou de capital. Ni Legg Mason ni aucune de ses sociétés affiliées ne garantissent un quelconque taux de rendement ou la restitution du capital investi.

    Les titres de capital sont sujets à des fluctuations de cours et peuvent occasionner une perte de capital. Les titres obligataires exposent leurs détenteurs aux risques de taux d’intérêt, de crédit, d’inflation et de réinvestissement, ainsi qu'à une possible perte de capital. Quand les taux d’intérêt augmentent, la valeur des titres obligataires diminue.

    Les investissements internationaux sont sujets à des risques spéciaux, dont les fluctuations des devises, ainsi que les incertitudes sociales, économiques et politiques qui peuvent en accentuer la volatilité. Ces risques sont amplifiés dans les marchés émergents.

    Les matières premières et les devises comportent des risques accrus, notamment du fait des conditions de marché, des conditions politiques, réglementaires, et naturelles. Ces classes d'actifs ne sont pas adaptées à tous les investisseurs.

    Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs.

    Veuillez noter qu’un investisseur ne peut investir directement dans un indice.

    Les performances des indices non gérés ne tiennent compte d’aucuns frais ou droits d’entrée.

    Informations importantes:

    Les opinions et les avis exprimés dans le présent document ne sauraient être interprétées comme une prédiction ou une prévision relative à la performance ou à des événements réels ou futurs, une garantie de résultats futurs, des recommandations ou des conseils. Les énoncés figurant dans ce document ne sauraient être considérés comme des recommandations d’achat ou de vente de quelconques instruments financiers. Les énoncés prospectifs sont sujets à des incertitudes susceptibles d’engendrer des évolutions ou des résultats nettement différents des anticipations exprimées. Ces informations ont été préparées à partir de sources jugées fiables mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties. Les informations et les opinions exprimées par Legg Mason ou par ses sociétés affiliées sont à jour à la date indiquée. Elles sont susceptibles d’être modifiées sans préavis et ne tiennent pas compte des objectifs d’investissement, de la situation financière ou des besoins particuliers de chaque investisseur.

    Les informations contenues dans ce document sont confidentielles et exclusives. Elles ne peuvent être exploitées que par leur destinataire. Legg Mason, ses sociétés affiliées et leurs dirigeants ou employés déclinent toute responsabilité quant aux pertes résultant de l'utilisation du présent document ou de son contenu. Ce support ne saurait être reproduit, distribué ou publié sans l’autorisation écrite préalable de Legg Mason. La distribution de ce document peut faire l'objet de restrictions dans certains territoires. Toute personne qui se retrouverait en possession de ce document doit demander conseil pour en comprendre le détail et respecter, le cas échéant, ses restrictions.

    Il se peut que ce document ait été préparé par un conseiller ou une entité affilié(e) à une entité mentionnée ci-dessous du fait d’un contrôle commun ou d'une propriété commune de Legg Mason, Inc. Sauf indication contraire, le symbole « $ » représente le dollar américain.

    Ce document ne doit être distribué que dans les pays et auprès des destinataires indiqués.

    Tous les investisseurs au Royaume-Uni, clients professionnels et contreparties éligibles dans les pays de l’UE et de l’EEE à l’exception du Royaume-Uni et les Investisseurs Qualifiés en Suisse:

    En Europe (hors Royaume-Uni et Suisse), le présent document est publié par Legg Mason Investments (Ireland) Limited, dont le siège social est sis au Floor 6, Building Three, Number One, 126 Pembroke Road, Ballsbridge, Dublin 4, DO4 EP27. Enregistrée en Irlande sous le numéro 271887. Agréée et réglementée par la Banque centrale d’Irlande. 

    Au  Royaume-Uni, publié et approuvé par Legg Mason Investments (Europe) Limited dont le siège social est situé au 201 Bishopsgate, London, EC2M 3AB. Enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles sous le numéro 1732037. Agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority.

    En Suisse, ce document est émis et approuvé par Legg Mason Investments (Switzerland) GmbH. Agréé et réglementé par l’Autorité Fédérale de Surveillance des Marchés Financiers FINMA. Le représentant en Suisse est FIRST INDEPENDENT FUND SERVICES S.A., Klausstrasse 33, CH-8008 Zurich. Le service de paiement en Suisse est NPB Neue Privat Bank AG, Limmatquai 1, CH-8022 Zurich. Le prospectus, les documents d’information clés pour l’investisseur, le mémorandum et les statuts du fonds ainsi que les derniers rapports annuel et semestriel peuvent être obtenus gratuitement auprès du représentant en Suisse.

    Tous les investisseurs à Hong Kong et à Singapour :

    Ce document est fourni par Legg Mason Asset Management Hong Kong Limited à Hong Kong et Legg Mason Asset Management Singapore Pte. Limited (numéro d’enregistrement (UEN) : 200007942R) à Singapour.

    Ce document n’a été examiné par aucune autorité de réglementation à Hong Kong ou à Singapour.

    Pour tous les investisseurs de la République populaire de Chine (« RPC ») :

    Ce document est fourni par Legg Mason Asset Management Hong Kong Limited aux destinataires prévus en RPC. Le contenu de ce document n'est destiné qu'à la Presse ou aux investisseurs de la RPC qui investissent dans le Produit QDII proposé par la banque commerciale de RPC en conformité avec la réglementation de la Commission de Réglementation Bancaire de Chine. Les investisseurs doivent lire le document d’offre préalablement à toute souscription. Veuillez demander conseil auprès des banques commerciales de RPC et/ou d'autres conseillers professionnels, si nécessaire. Veuillez noter que Legg Mason et ses sociétés affiliées sont les Gestionnaires de fonds « offshore » dans lesquels seuls les Produits QDII investissent. Legg Mason et ses sociétés affiliées ne sont autorisés par aucune autorité de réglementation à mener des activités commerciales ou d'investissement en Chine.

    Ce document n'a été examiné par aucune autorité de réglementation de la RPC.

    Distributeurs et investisseurs existants en Corée du Sud et distributeurs à Taïwan :

    Ce document est fourni par Legg Mason Asset Management Hong Kong Limited aux destinataires admissibles en Corée du Sud et par Legg Mason Investments (Taiwan) Limited (Numéro d'enregistrement : (98) Jin Guan Tou Gu Xin Zi Di 001 ; Adresse : Suite E, 55F, Taipei 101 Tower, 7, Xin Yi Road, Section 5, Taipei 110, Taiwan, R.O.C. ; tél : (886) 2-8722 1666) à Taïwan. Legg Mason Investments (Taiwan) Limited opère et gère ses activités de manière indépendante.

    Ce document n'a été examiné par aucune autorité réglementaire de Corée ou de Taïwan.

    Tous les investisseurs sur le continent américain :

    Ce document est fourni par Legg Mason Investor Services LLC, courtier-négociant enregistré aux États-Unis qui comprend Legg Mason Americas International. Legg Mason Investor Services, LLC, membre de la FINRA et de la SIPC, et toutes les entités mentionnées sont des filiales de Legg Mason, Inc.

    Tous les investisseurs en Australie et Nouvelle-Zélande:

    Ce document est publié par Legg Mason Asset Management Australia Limited (ABN 76 004 835 839, AFSL 204827) (« Legg Mason »). Son contenu est confidentiel et exclusif. Il est uniquement destiné à Legg Mason, et à ses clients ou prospects auxquels il a été transmis. Ce contenu ne peut pas être reproduit ni distribué à toute autre personne, sauf aux conseillers professionnels du client.

    © 2018 Legg Mason Investor Services, LLC, membre de la FINRA et de la SIPC. Legg Mason Investor Services, LLC est une filiale de Legg Mason, Inc.